top of page

ZUIDERDOKKEN

ANVERS, BELGIQUE

outline europe.png

CONTEXTE

ZUID

ANVERS

BELGIQUE

outline anvers-03.png
outline belgique-02.png
CONTEXTE
BELGIQUE

BELGIQUE

Pays d'Europe

La Belgique est un des plus petits pays européens, mais à une des plus fortes concentrations de population du continent.  Sur le plan culturel et linguistique, la population est composée de deux grands groupes: les Flamands et les Wallons.  Les Flamands ont un héritage néerlandais tandis que les Wallons ont un héritage français.  La Belgique est un des pays les plus urbanisés au monde avec 98% de sa population vivant en milieu urbain.

belgique white-02.jpg

ANVERS

ANVERS

Ville en Belgique

Les premières traces de développement urbain remontent au 4-5e siècle aux abords de l'Escaut par les Francs et les Frisons.  La ville s’est développée de façon concentrique.  La ville a été fortifiée à partir du 9e siècle.  Les siècles subséquents ont été une période de développement florissant pour la ville grâce à sa position géographique qui lui a permis de devenir la plaque tournante du commerce entre les nations germaniques et l’Angleterre.  Aujourd’hui, Anvers est une des villes les plus importantes de la Flandre et de la Belgique grâce à ses activités portuaires, son industrie pétrochimique et automobile et son rayonnement sur le plan culturel. La ville d'Anvers est la plus grande ville de Flandre, la partie flamande de la Belgique. La population d’Anvers en 2020 s’élève à 529 200 habitants, ce qui représente environ 8% de la population flamande totale. La ville se divise en 9 entités (districts) et sa superficie totale est de 204,51 km2 avec une densité de population de 2591 habitants par km2.

Anvers white-03.jpg

ZUID

ZUID

Quartier de la ville d'Anvers

Ce quartier est situé au sud du centre d’Anvers.  Cette partie de la ville a été développée au début du 19e siècle selon le modèle d'organisation des rues inspiré de Paris avec ses grandes avenues et ses ronds-points.  Le secteur est caractérisé par ses docks et ses grands bâtiments publics.   Au cours du 20e siècle, les docks ont été lentement délaissés, puis remplis.  Cela a entraîné une certaine dévalorisation du secteur.  Aujourd’hui, le quartier revit grâce à son rayonnement culturel, son milieu de vie diversifié, le tourisme et le développement d’un nouveau parc à l’emplacement des anciens docks, le Zuiderdokken. 

Zuid white-04.jpg

ZUIDERDOKKEN

ANVERS
ZUID
CHANGEMENT CLIMATIQUE

CHANGEMENT CLIMATIQUE

Les changements climatiques affectent particulièrement la Ville d’Anvers au niveau des précipitations qui deviennent de plus en plus intenses et dont leur fréquence subit un débalancement créant ainsi de nombreux autres problèmes selon les saisons tels que des sécheresses et des inondations.

image anvers.jpg
ZUID

SÉCHERESSES

La ville subit des périodes où les événements pluvieux sont peu fréquents, mais intenses ce qui crée un problème d’approvisionnement en eau important (qui est amplifié par la forte densité de la ville) et demande un contrôle de l’écoulement (stockage et rétention des eaux).

Les sécheresses peuvent amener d’autres problèmes : affaissement du sol, îlot de chaleur

secheresse.png

INONDATIONS

Le dérèglement des cycles de précipitations dû aux changements climatiques augmente les risques d’inondations. La ville nécessite donc une très bonne gestion des risques d’inondations par le stockage et le contrôle de l’évacuation des eaux (stockage, infiltration et rétention des eaux)


Autres facteurs aggravants : le manque de perméabilité des sols et le manque de végétation contribuent aussi à augmenter le risque d’inondation.


Problèmes futurs : En raison de sa proximité à la mer et de la hausse progressive du niveau de l’eau dû aux changements climatiques, la ville d’Anvers sera éventuellement encore plus vulnérable aux inondations.

Innondation.png

LE RAPPORT À L'EAU?

Pourquoi un plan de gestion de l'eau pour Anvers?

Le climat est en train de changer à l’échelle mondiale. On peut remarquer dans certaines villes du monde comme à Anvers que les précipitations tombent plus souvent en courtes périodes avec une densité très élevée. Il y a également davantage de plus longues périodes pendant lesquelles il n’y a pas de pluie, ce qui peut entraîner des sécheresses. Les conséquences qui en résultent sont des inondations, des affaissements de terrain, des pénuries d’eau potable ainsi que des vagues de chaleur.

Par ailleurs, la pression sur l’eau est d’autant plus importante dans la ville d’Anvers avec une densité de population de 2591 habitants par km², soit beaucoup plus élevée que la moyenne de 487 habitants par km² dans la région flamande du pays en 2020. Cette pression ne va continuer que de grandir avec la croissance progressive de celle-ci.

Les changements climatiques (2)-02.jpg

Le plan d’eau 2018 pour la ville d’Anvers cherche donc à trouver des solutions pour une meilleure adaptation au climat (pour répondre à l’augmentation des inondations, sécheresses et îlots de chaleur urbains) en regardant la ville dans son ensemble, en incluant son contexte spatial et social.

Cartes spatiales montrant l'évolution des intensités pluviométriques extrêmes du climat actuel et du climat futur sur la ville d’Anvers

Les changements climatiques-02.jpg

Pour la Flandre, la directive de l’European Water Framework of 2000 a abouti au décret sur la politique intégrée de l’eau de 2003. Ce décret est basé sur l’idée de réutilisation maximum de l’eau, de l’infiltration et de mise en place de zones tampons de l’eau pluie avant son évacuation via le système d’égout. Cependant, dans les derniers siècles à Anvers, le développement urbain s’est toujours basé sur une politique de drainage qui cherchait à éliminer l’eau de pluie le plus rapidement possible, d’où la présence d’un réseau d’égout souterrain étendu. Le problème avec cette solution technique c’est qu’en cherchant à prévenir les inondations en évacuant rapidement l’eau, elle crée de nouveaux problèmes. Effectivement, le fait de privilégier l’évacuation de l’eau par les égouts engendre des pénuries d’eau en temps de sécheresse et les infrastructures deviennent de plus en plus grosses et coûteuses pour répondre à l’augmentation des inondations dans la ville.

Parce que la ville rejette actuellement les eaux pluviales directement via l'égout, il n’y a plus de tampon naturel pendant les périodes sèches et la population se voit donc confrontée à une pénurie d'eau en période de sécheresse. En conséquence, certains étangs s’assèchent, la végétation est affectée et certains bâtiments risquent de s’affaisser. (voir les images ci-dessous)

Les changements climatiques (2)-03.jpg
Les changements climatiques (2)-04.jpg

Par ailleurs, dû à la très grande minéralisation de ses rues et espaces publics, la ville d’Anvers subit les effets d’îlot de chaleur urbain plus fréquent qu’en milieux ruraux. Effectivement, de 2008 à 2017, selon l’organisation de recherche VITO commissionnée par le Copernicus European Health service, il y a eu deux fois plus de vagues de chaleur (définies comme des jours avec une température maximale supérieure à 30°C et une température minimale supérieure à 18°C) que les milieux ruraux, exposant les résidents urbains à des niveaux de stress thermique beaucoup plus élevés que les habitants des zones rurales voisines.

Îlots de chaleur urbain - par VITO, vision on technology

Les changements climatiques-03.jpg

Le WBGT (wet bulb globe temperature) maximal [° C] pendant une chaude journée d'été (24 juillet 2012) dans le centre-ville sud d'Anvers

Les changements climatiques-04.jpg

La carte montre les valeurs WBGT maximales au cours de cette journée, qui devraient rester en dessous de 25 °C pour éviter le stress thermique. Les emplacements avec des arbres et/ou des surfaces d'eau sont les plus froids, alors que les valeurs de stress thermique les plus élevées se trouvent sur les places pavées et les rues où il n'y a pas d'ombrage. Auteur: Dirk Lauwaet (VITO). 

Dans plusieurs quartiers d’Anvers, il y a un problème d’inondations majeur et les dommages et les risques ne font qu’augmenter avec la progression des changements climatiques. La carte ci-dessous montre d’ailleurs les zones qui seront les plus susceptibles de se faire inonder en raison de la quantité importante de pluie prévue dans ce scénario pour 2050. La zone 1, qui se situe tout près du site du projet, sera particulièrement vulnérable à ce genre de catastrophe naturelle. 

Les changements climatiques (2)-05.jpg

Dans cette projection climatique de 2050, le système d’égout, même élargi pour les prévisions de 2030, ne sera plus suffisant, car l’engorgement va continuer d’augmenter. Il est donc essentiel d’évaluer la situation au-delà des normes actuelles et de cibler les vulnérabilités de la ville en lien avec l’eau pour ensuite trouver des solutions au problème.

 

 

QUESTION DE RECHERCHE
 

La ville sera donc, dans le cadre de cette recherche, analysée sous l’angle du métabolisme qui évalue la situation actuelle en fonction des flux entrants et extrants, permettant de mieux comprendre le fonctionnement de la ville à travers les différents systèmes qui la composent. Cette analyse servira donc à cibler les problèmes environnementaux importants afin de pouvoir y associer des stratégies efficaces pour lutter contre les sécheresses et inondations extrêmes prévues pour les prochaines décennies. 

Comment l'adaptation du développement urbain de la ville d’Anvers face aux problèmes de gestion de l’eau liés aux changements climatiques pourrait améliorer la résilience et la qualité urbaine à l’échelle du quartier Zuid?

bottom of page